“step by step”

Image result for running dying

 

Je n’ai jamais couru de marathon.  Je n’aime pas courir.  Je n’ai jamais aimé courir.

Admettons que je veuille changer mes habitudes et me préparer à courir un marathon.  Pour celà,  je m’associerais à un coureur pour apprendre de lui et de m’entraîner avec lui.  Si je me fixais l’objectif de faire un petit entraînement de 10km le premier jour, je mourrais, et je me découragerais au point d’abandonner avant même avoir vraiment commencé.

Tout le monde le sait : pour réussir dans un but aussi énorme que d’aller de 0 à 42km de course, il faut y aller step by step (petit à petit) :  1km le premier jour, et ce, pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que cette distance me paraisse facile.  Puis, j’augmenterais à 2km, puis 5km, 10, etc – jusqu’à parvenir à courir pendant plusieures heures et finir la course prévue.

Dans le cas d’une course, ça nous paraît tellement logique : faire ce qui est difficile pendant un certain temps, puis augmenter la difficulté…jusqu’à arriver au succès.

Il en est de même dans tous les domaines :  dans nos objectifs de santé, professionnels, financiers, etc.

Dans son livre “Le léger avantage”, Jeff Olson explique que grâce à cette idée de “l’intérêt composé”, nous pouvons réussir.  Mais pour celà, il faut faire des efforts constants, sur la durée, et non des sprints de temps en temps.

Si je veux donc participer à mon premier marathon, il va falloir que je m’y mette régulièrement.  S’il pleut demain matin, et que je ne m’entraîne pas, ce n’est pas bien grave (du moment que je reprends le lendemain).  Si, par contre, je ne m’entraîne ni demain, ni les jours qui suivent, alors je vais directement vers l’échec (attention : échec dans cet objectif, et non échec en tant que personne!).

Image result for slight edge

 

Donc : petites habitudes positives à ajouter (ou mauvaises habitudes négatives à éliminer) sur le long terme mènent à la réussite :

 

Je vous encourage de lire ce livre – il n’est pas toujours disponible en français, mais même en Anglais, il est facile à comprendre.

 

Stéphane Solomon l’explique en plus de détail dans la vidéo suivante :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *